Comment investir dans le halal ?

463

Voulez-vous investir dans le halal ? Il est permis aux musulmans de faire des investissements en vue de faire des plus-values. Cela dit, ces derniers doivent respecter les préceptes de l’islam, donc doivent être « halal ». À cet effet, il peut être dur de distinguer les bonnes opportunités de celles qui sont interdites. Pour ce faire, voici quelques astuces pour investir dans l’halal.

Acheter des actions

Les actions sont les parts d’une société, donc il est halal de les avoir, de les céder pour faire du profit ou encore de bénéficier de dividendes. Cela dit, les particularités de nombreuses d’entre elles ne sont pas en accord avec l’islam. Il s’agit par exemple, de la dette, du secteur d’activité et bien d’autres. C’est pourquoi il est recommandé de les filtrer sur deux aspects : l’aspect qualitatif et l’aspect quantitatif.

A lire en complément : Pourquoi travailler avec une entreprise de sécurité ?

L’aspect qualitatif

Pour investir dans le halal, vous devez éviter les actions dont les revenus sont issus d’activités illicites comme : le porc, les jeux, l’alcool, les assurances ou la banque. À cet effet, vérifiez si la rémunération de l’entreprise tirée de ces dernières est inférieure à 5 %. Si tel n’est pas le cas, n’investissez pas dans ces entreprises.

L’aspect quantitatif

Le côté qualitatif qui permet de filtrer les actions halal est lié à la structure financière de la société. Pour ce faire, vous devez apprécier les ratios financiers.

A lire aussi : Comment démarrer un blog sur la santé et le bien-être ?

Par exemple, interprétez le rapport dette/capitalisation, le rapport (liquidité + titres à intérêts)/capitalisation ou encore, le ratio créances/capitalisation.

Par exemple, l’islam prohibe d’acquérir de l’argent à une valeur différente que la valeur nominale. De ce fait, si une société octroie de nombreuses créances alors que ses actions n’ont pas une grande valeur, il s’agit d’une forme d’usure. C’est pourquoi il est important d’étudier le rapport créances/capitalisation.

Après avoir filtré l’ensemble des actions sur tous ces aspects, vous obtenez un univers d’investissement plus restreint. De plus, si vous détenez des actions, vous devez purifier les dividendes issus des parts non halal.

Les ETF et les trackers halal

Vous pouvez acheter des trackers ou des ETF halal. Ces derniers sont un rassemblement de titres acceptés par un shariah board.

Aussi, ils font des calculs pour déterminer la part de dividende à purifier et effectuent la purification à votre nom.

Investir dans l’immobilier

La nature du secteur de l’immobilier n’est pas en désaccord avec les préceptes de l’islam. Toutefois, certaines contraintes de ce genre d’investissement viennent du mode de financement.

En effet, vous pouvez investir dans l’immobilier directement en achetant ou en construisant (en rénovant) des logements pour les revendre ou pour les louer.

Vous pouvez également faire des investissements immobiliers par le biais d’actions ou de REIT/SIIC ou des SCPI. Dans ces cas, toutes les opportunités ne sont pas en accord avec l’islam. Vous devez donc les filtrer en vous basant sur les aspects quantitatifs des actions.

Acheter des matières premières

Le terme « matière première » désigne le maïs, le pétrole, l’or, le coton, le bois, le palladium et bien d’autres. Ces dernières ne sont pas a priori en contradiction avec les préceptes de l’islam.

Ainsi, vous pouvez y mettre une petite portion de votre capital en vue de diversifier votre portefeuille d’investissement. Cela ne doit pas être supérieur à 5 %, car les matières premières sont beaucoup plus volatiles que les actions.

Investir dans le halal comme un professionnel

Pour réussir vos investissements dans le halal, vous devez faire un plan d’investissement. Il s’agit de l’aspect le plus important pour réussir en investissant.

Ainsi, vous devez y définir votre politique de gestion des risques en fonction des projets, de leurs situations et de leurs âges. Vous devez également définir le montant à risquer pour gagner davantage, et celui que vous devez mettre dans des actifs plus stables.

Ainsi, réservez un fonds de sécurité non investi en cash dans votre compte en banque. Cela peut correspondre à un an de salaire par exemple, pour pouvoir tenir pendant les mauvaises périodes. Par ailleurs, vous devez avoir un portefeuille d’actifs diversifié pour réduire les risques.