Quels sont les différents types de troubles alimentaires ?

805

Les troubles alimentaires sont des affections complexes qui peuvent se manifester en bas âge. Il existe quatre types de troubles alimentaires médicalement définis : l’anorexie mentale, la boulimie mentale, l’hyperphagie boulimique (aussi appelée frénésie alimentaire) et les troubles alimentaires non spécifiés.

Les différents types de troubles alimentaires

L’anorexie mentale (ou anorexie mentale) se manifeste par un comportement alimentaire très restrictif, allant du contrôle strict de l’apport calorique quotidien au jeûne. Une distinction est ensuite faite entre l’anorexie purement restrictive et l’anorexie avec crises de boulimie suivies de vomissements et/ou de prise de laxatifs.

A lire également : Quelle est la saison des pluies en Guadeloupe ?

L’anorexie mentale est le plus souvent retrouvée chez les jeunes filles à l’adolescence, mais peut survenir à tout âge et quel que soit le sexe. La cause est la peur de la panique de prendre du poids associée à une dysmorphie corporelle, c’est-à-dire une image déformée du corps.

  • Boulimie et frénésie alimentaire

Contrairement à l’anorexie, la boulimie se manifeste par un comportement alimentaire compulsif, avec l’ingestion de grandes quantités de nourriture, puis éliminée par des vomissements volontaires et/ou la prise de laxatifs, ou compensée par une activité physique intense et/ou une période de restriction alimentaire. La frénésie alimentaire peut survenir occasionnellement ou régulièrement, parfois plusieurs fois par jour.

Lire également : Ecandidat UPEC : déposer un dossier de candidature

Le trouble de la frénésie

le trouble de la frénésie alimentaire ressemble à la boulimie, avec l’apparition d’attaques incontrôlables d’alimentation compulsive, mais la consommation de nourriture n’est pas éliminée. Par conséquent, la suralimentation provoque souvent surpoids ou même obésité.

Troubles alimentaires moins connus

Il existe de nombreux autres troubles de l’alimentation qui sont moins fréquents, mais qui ne sont pas moins invalidants. Cependant…

  • Troubles alimentaires sélectifs ou évitement

CARRÉ (troubles alimentaires restrictifs ou évitants), consiste à exclure certains aliments ou des catégories entières d’aliments de l’alimentation pour des raisons autres que le contrôle du poids, différentes de l’anorexie. Les aliments évités peuvent être évités en raison de caractéristiques spécifiques (odeur, texture, couleur…) ou de traumatismes liés à la nourriture en question (étouffement, indigestion, intoxication alimentaire…).

La néophobie alimentaire

néophobie alimentaire est le refus catégorique d’essayer de nouveaux aliments. Cette sélectivité alimentaire est une phase de développement classique et transitoire chez les jeunes enfants (liée à « l’anxiété liée à l’incorporation »), qui survient fréquemment vers l’âge de 3 ou 4 ans et diminue progressivement jusqu’à leur disparition complète avant l’âge de 10 ans. La néophobie alimentaire, en revanche, devient pathologique lorsqu’elle est établie de façon permanente, parfois jusqu’à l’âge adulte.

L’orthorexie se manifeste par une obsession de manger le plus sainement possible. Les personnes atteintes de ce type de trouble de l’alimentation surveillent strictement leur alimentation, en se concentrant sur la qualité plutôt que sur la quantité (par opposition aux comportements anorexiques ou boulimiques) et excluent formellement tout aliment considéré comme malsain.

La bigorexie , parfois surnommée « anorexie inverse », se caractérise par l’établissement de règles alimentaires strictes, parfois accompagnées de la prise de suppléments, afin de gagner de la masse musculaire, due à une dysmorphie musculaire qui donne l’impression d’être toujours trop mince et/ou jamais assez musclée.

  • Autres troubles de l’alimentation…

autres troubles de l’alimentation répertoriés comprennent : le pica, qui se manifeste par l’ingestion volontaire (observable sur une période d’un mois ou plus) de substances non nutritives et non comestibles. Ce TCA se retrouve généralement dans certaines maladies psychiatriques et peut aller jusqu’à subir le pronostic vital du patient, en fonction de la toxicité des substances ingérées.

La miséricorde, qui touche principalement les enfants mais parfois trouvée à l’âge adulte, se caractérise par une « rumination » d’aliments préalablement ingérés, c’est-à-dire régurgités puis remâchés.

La carpophobie qui se situent entre phobie et ATT, appartiennent respectivement à une phobie des fruits et à une phobie des légumes. Les personnes qui en sont atteintes ressentent un grand dégoût au point de craindre la panique à propos de ces deux types d’aliments et peuvent se sentir mal à l’idée de voir ou de toucher certains fruits ou légumes. Ces troubles vont donc au-delà du simple fait d’expulser ces aliments de leurs assiettes.

Outre les troubles de l’alimentation déjà connus et étudiés, d’autres ne figurent probablement pas encore sur la liste en raison de leur rareté. Parce que nous devons garder à l’esprit que le TCA, quelle que soit la façon dont il est exprimé, peut affecter n’importe qui, à tout âge. N’hésitez donc pas à parler à un professionnel à ce sujet, alors cela nous préoccupe, d’autant plus qu’il existe de nombreuses solutions pour guérir ces troubles, comme la TCC (thérapie comportementale et cognitive) , une forme de thérapie souvent utilisée en premier recours en raison de son efficacité largement prouvée dans le traitement du TCA.

    • La nourriture joue un rôle culturel et émotionnel et chacun entretient une relation particulière avec son alimentation. Ce qu’il faut retenir
    • ACT (troubles de l’alimentation) sont répandus dans le monde entier, quels que soient le sexe
    • L’anorexie (restriction alimentaire) et la boulimie et/ou l’hyperphagie (alimentation compulsive) sont les troubles alimentaires les plus courants.
  • Il existe de nombreux autres troubles de l’alimentation, dont certains ne sont pas encore répertoriés.
  • Il existe une gestion thérapeutique efficace pour traiter la TPA, comme les thérapies comportementales et cognitives.