Macron demande à des experts d’enquêter sur le rôle de la France dans le génocide rwandais

2161

Emmanuel Macron a nommé une commission d’historiens et de chercheurs pour enquêter sur le rôle de la France dans le génocide rwandais, il y a 25 ans. Cette décision a été annoncée après une rencontre à l’Élysée entre Macron et les représentants d’une association des survivants. C’est la première fois qu’un dirigeant français a tenu une telle réunion.

Une enquête plus approfondie

Des accusations de complicité sur la mort de plus de 800 000 personnes continuent de troubler les relations diplomatiques entre Kigali et Paris. Le président français a déclaré que les experts examineraient les archives publiques, en particulier les documents diplomatiques et militaires. La commission doit faire un rapport sur l’activité française au Rwanda de 1990 à 1994. L’objectif est de « contribuer à une meilleure compréhension du génocide des Tutsis », a déclaré l’Élysée.

A lire aussi : Passionnés de musique, comment bien isoler une pièce ?

Pour une nouvelle génération de politiciens

Macron a été largement critiqué pour avoir refusé une invitation à l’occasion du 25e anniversaire du massacre de Rwandais. Le rassemblement aura lieu à Kigali. Pourtant, le président tient à représenter la nouvelle génération de politiciens français qui n’ont pas à supporter le passé troublé des pays africains.

L’année dernière, E. Macron a reconnu pour la première fois que la France avait pratiqué la torture systématique pendant la guerre de l’Indépendance en Algérie. Beaucoup espéraient qu’il commencerait à éclaircir le rôle de la France en Afrique ou qu’il se rendrait au Rwanda pour faire un grand geste de réconciliation. Mais aux commémorations, il sera représenté par le législateur Hervé Berville, de son parti « La République en marche ».

A lire également : Comment demander à quelqu'un d'être parrain ?

Tentative d’une nouvelle approche

Le Rwanda accuse la France d’avoir soutenu les forces ethniques « hutu » lors du génocide. Selon les allégations, elle aurait également été à l’origine de la plupart des massacres tout en aidant leurs auteurs à s’échapper. La France a toujours nié ces accusations en déclarant que ce pays était, à cette époque, une ancienne colonie belge.

En 2010, le président français Nicolas Sarkozy avait fait œuvre de pionnier en admettant que Paris eût commis de « graves erreurs de jugement » au Rwanda. Par contre, il s’est abstenu de présenter des excuses officielles. L’actuel président promet une approche plus « pragmatique » en recevant le président Paul Kagame à Paris.

L’évolution de la position officielle de la France

Au fil des années, la position officielle de la France concernant son rôle dans le génocide rwandais a connu une évolution significative. Si dans les premières années qui ont suivi le génocide, Paris a refusé d’admettre toute responsabilité directe, préférant se concentrer sur l’aide humanitaire apportée au pays ravagé par les violences, aujourd’hui, elle semble prête à reconsidérer cette approche.

Effectivement, sous l’impulsion du président Emmanuel Macron, la France fait un pas en avant en demandant à des experts d’enquêter sur son implication dans ces sombres événements. Cette initiative témoigne d’une volonté nouvelle de transparence et de vérité.

Dans une déclaration récente lors d’un discours prononcé devant des représentants de la communauté rwandaise en France, Macron a affirmé que ‘la relation entre nos deux pays est irrémédiablement liée à cette histoire’. Il reconnaît ainsi implicitement que le passé colonial français au Rwanda porte encore ses stigmates.

Le chef de l’État français affirme aussi vouloir rompre avec une tradition diplomatique qui consistait à protéger certains acteurs impliqués dans le génocide rwandais. Selon lui, ‘les archives françaises doivent être ouvertes pour permettre aux chercheurs et historiens de mieux comprendre ce qui s’est réellement passé’.

Cette démarche marque un tournant important dans les relations franco-rwandaises et pourrait entraîner davantage de transparence et de coopération entre les deux pays. Cette enquête s’annonce complexe et délicate, compte tenu des enjeux politiques et diplomatiques qui l’entourent.

Le président Macron espère que cette initiative permettra d’établir une vérité historique incontestable et ouvrira la voie à une réconciliation durable entre la France et le Rwanda. Toutefois, il faut souligner que ce processus ne sera pas sans obstacles ni controverses. Les divergences d’opinions persistent quant à l’étendue de la responsabilité française dans le génocide rwandais.

Cette décision marque un pas en avant vers une reconnaissance des erreurs passées et offre aux survivants du génocide ainsi qu’à leurs familles l’espoir d’une justice rendue.

Les réactions au déclenchement de l’enquête

Le déclenchement de cette enquête sur le rôle de la France dans le génocide rwandais a suscité des réactions contrastées au sein de la communauté internationale. Si certains saluent l’initiative du président Macron comme un pas vers une véritable reconnaissance des erreurs passées, d’autres restent sceptiques quant aux résultats et à l’impact concret que cela pourrait avoir.

Du côté du gouvernement rwandais, cette décision est accueillie avec prudence. Bien que les autorités se félicitent du fait que la vérité puisse enfin émerger, elles appellent aussi à une coopération totale de la part de la France pour garantir l’objectivité et l’impartialité de l’enquête. Le président Paul Kagame a déclaré qu’il espère que cette démarche permettra d’établir définitivement les responsabilités individuelles et collectives dans ce génocide qui a coûté la vie à près d’un million de personnes.

Dans les médias français, les avis sont partagés. Certains voient en cette initiative une preuve du sérieux avec lequel Emmanuel Macron aborde les questions mémorielles et historiques. Ils soulignent aussi que cela marque un signal fort envoyé aux pays africains avec lesquels la France entretient des relations complexes depuis plusieurs décennies.

D’autres critiquent cette démarche en affirmant qu’elle ne serait qu’une manœuvre politique destinée à apaiser certains mécontentements ou pressions internationales sans pour autant aboutir à des conséquences concrètes sur le plan judiciaire ou diplomatique.

Sur le plan international, plusieurs organisations non gouvernementales spécialisées dans les droits de l’homme et la justice internationale ont salué cette décision. Elles voient en cela une avancée majeure vers l’établissement de la vérité, la lutte contre l’impunité et un pas vers une éventuelle réparation des victimes.

Certains pays occidentaux restent prudents quant à leur position sur cette enquête. Ils craignent que celle-ci ne déstabilise les relations diplomatiques avec le Rwanda et remette en question certains accords bilatéraux déjà fragiles.

Au sein du peuple rwandais lui-même, les avis divergent aussi. Si pour certains survivants du génocide, cette initiative représente un espoir de justice tardive mais bienvenue, d’autres expriment leur frustration face à ce qu’ils perçoivent comme une prise de conscience tardive de la part de la France.

L’enquête sur le rôle de la France dans le génocide rwandais soulève des espoirs mais aussi des interrogations quant à son aboutissement réel. Elle ouvre néanmoins une nouvelle ère dans les relations entre ces deux pays marqués par un passé douloureux et laisse entrevoir une possible reconnaissance des responsabilités françaises dans ces sombres événements qui ont bouleversé tout un continent.