Réduire sa dépendance à la nicotine

448
Réduire sa dépendance à la nicotine

De nombreux Français ont déjà choisi la cigarette électronique, pour tenter d’en finir pour de bon avec le tabac. On sait aujourd’hui, de source médicale, que celui-ci est source de maladies diverses, dont de graves cancers. On comprend donc que ceux qui ont commencé à fumer alors qu’ils étaient jeunes appréhendent les effets de leur tabagisme sur le long terme. Or, l’e-cigarette s’est imposée au fil des dernières années comme une alternative simple. En effet, vapoter permet de réduire sa dépendance à la nicotine de façon graduelle, contrairement à toutes les autres solutions de sevrage. De plus, quand on vapote, on reproduit les mêmes gestes que quand on fume, ce qui facilite la tâche.

 La réduction progressive du taux de nicotine

Le souci numéro un, quand on est fumeur, c’est que l’on développe une addiction à la nicotine. Chaque bouffée de fumée de cigarette contient un peu de cette substance et le cerveau s’habitue à ce que l’on lui donne une dose de nicotine à plusieurs reprises, dans la journée, quand on fume du matin au soir. Alors comment se déshabituer de la nicotine, mais sans le faire de façon violente ?  D’abord il convient de faire le calcul de son taux de nicotine, afin de choisir le bon e-liquide pour sa cigarette électronique.

A lire aussi : Puis-je faire du yin yoga tous les jours ?

Se passer doucement de la nicotine

Le principe est simple : on choisit un e-liquide qui contient un taux de nicotine équivalent à celui de sa consommation quotidienne de tabac. Puis, après un certain temps, on choisit un autre e-liquide qui contient un taux de nicotine un peu moins important. Ainsi, de fil en aiguille, on commence son sevrage, lentement mais sûrement. Il est important de toujours ressentir du bien-être, pour que l’opération puisse avoir du succès. Ainsi, au fil des mois, on finit par avoir de moins en moins besoin de nicotine, jusqu’à se débarrasser complètement de son addiction. Quand on voit le prix du tabac aujourd’hui, on gagne aussi sur un autre plan : celui des finances personnelles.

A lire aussi : Médicaments sans ordonnance : une baisse des ventes de 9,4 % en 2020