Robotique industrielle et intelligence artificielle : quel lien ?

60
Robot industriel

À l’heure où la robotique est déjà bien implantée au cœur du secteur industriel, de nouvelles technologies viennent en bouleverser l’utilisation : big data, réalité augmentée… Parmi elles, nous découvrons l’intelligence artificielle. Elle serait même en passe de révolutionner le monde de l’industrie, non sans entraîner quelques réticences.

L’intelligence artificielle : définition et enjeux

L’intelligence artificielle regroupe l’ensemble des technologies qui permettent à un robot de simuler des capacités intellectuelles humaines. Elle naît en 1950 grâce à un mathématicien nommé Alan Turing. Dans son ouvrage, celui-ci explique comment vérifier l’intelligence d’une machine à l’aide d’un test aujourd’hui mondialement connu (le “test de Turing”).
Pour être capable de reproduire ces capacités cognitives, le robot s’appuie sur le principe du “machine learning”. Il intègre une quantité énorme de données et à l’aide d’algorithmes, il mémorise des comportements ou des réponses à des questions afin de s’adapter aux différentes situations rencontrées. Cet outil a rapidement été appliqué à la robotique industrielle pour en optimiser les performances.

Lire également : Comment arrêter Avast ?

En quoi l’intelligence artificielle est-elle bénéfique au secteur industriel ?

L’intelligence artificielle devient une véritable prise d’aide à la décision. On distingue 3 niveaux : l’IA descriptive analyse des quantités de données afin de transmettre une information fiable. L’IA prédictive se sert de probabilités et d’algorithmes pour déterminer des projections qui aideront l’entreprise à anticiper. L’IA prescriptive propose quant à elle des recommandations face à une problématique donnée.

Quels freins ?

Certaines organisations restent frileuses quant à l’adoption de l’IA au sein de leur chaîne de production. Plusieurs raisons expliquent cette résistance :

A voir aussi : Smart TV ou android TV ?

  • un investissement conséquent : l’installation d’un robot doté d’intelligence artificielle demande un budget élevé. Un prix que les chefs d’entreprise ne sont pas toujours prêts à mettre, notamment en période de crise économique comme celle que nous traversons.
  • une certaine méfiance : la croyance populaire veut que l’installation de robots serait synonyme de destruction d’emplois. En réalité, la grande majorité des machines n’atteignent pas le niveau de l’intelligence humaine et sont destinées à effectuer des tâches simples. Les missions à haute valeur ajoutée restent pour les collaborateurs.
  • une perte de repère : tout changement dans une entreprise, quel qu’il soit, entraîne une modification des habitudes et des procédures. Cette transition peut déstabiliser les collaborateurs réfractaires au changement.
  • une formation indispensable : investir dans un robot intelligent est une chose, encore faut-il savoir l’exploiter correctement. Deux options s’offrent à l’entreprise : former les ouvriers et/ou recruter des profils spécifiques, aptes à prendre en main le robot.