Santé mentale, est-il temps d’en parler au travail ?

1851

Plus de la moitié de la population active ont un problème de santé mentale.

Et de ces personnes, seulement la moitié d’entre elles ont parlé à leur employeur de leur stress, de leur anxiété ou de leur humeur déprimée, selon un sondage mené auprès de 44 000 personnes par l’organisme de bienfaisance pour la santé mentale Mind.

A lire également : Comment fonctionne la médecine de garde ?

La honte et la précarité de l’emploi en sont quelques-unes des raisons.

Selon les conclusions du Mind, le partage des problèmes de santé mentale dépend en grande partie de la relation et de la confiance qui subsistent entre les travailleurs et leurs employeurs : les employés qui estimaient que leur supérieur soutenait leur santé mentale ou pouvaient détecter les signes indiquant qu’une personne traversait une période difficile étaient beaucoup plus susceptibles de dire qu’ils parviendraient à partager leur situation.

A découvrir également : Un pack débutant pour arrêter de fumer aisément

Les réactions négatives au travail

Pour certains, la décision audacieuse de parler ouvertement de leur santé mentale au travail suscite des réactions insatisfaisantes, voire préjudiciables.

C’est le cas notamment de Géorgie, 26 ans. Dans son dernier emploi à temps plein, elle a décidé de révéler son trouble d’anxiété dans le cadre d’un examen de performance.

Elle a déclaré: «C’est la première fois que je parle de mes difficultés à un employeur et j’avais l’impression d’en faire une affaire d’Etat. Je déteste discuter de mes problèmes de santé mentale et je tiens surtout à garder ma vie privée et ma vie professionnelle incroyablement séparée. Après une série de hochements de tête maladroits, mon problème était au grand jour. L’un de mes patrons m’a dit que si jamais j’avais besoin de suivre une thérapie pendant les heures de bureau, c’était une option pour moi. Mais après cela, j’ai eu l’étrange impression que ma charge de travail avait considérablement augmenté, que je ne recevais que très peu de feedbacks sur mon travail et que, si c’était le cas, tout cela était davantage plus décourageant et négatif.»

Après cela, elle a pris un congé pour stress, ce qui a été partiellement déclenché après un incident lors d’une réunion avec tous ses collègues.

«Il m’a dit de lui parler, à lui et pas à mon thérapeute», a-t-elle dit. «À mon retour, on m’a dit de remplir un formulaire de stress et et on n’en a plus jamais reparlé. On ne parlait de mon congé qu’en termes de coûts en temps et en argent pour l’entreprise.»

Finalement, elle a quitté son travail et s’est sentie «nettement plus heureuse depuis».

Le besoin d’arrêter

Georgie n’est pas la seule à penser que partir était la meilleure chose à faire.

Kate, 26 ans, partageait ces mêmes sentiments et affirmait que l’une des raisons pour lesquelles elle avait quitté son emploi à temps plein était liée à ses problèmes de santé mentale.

Elle a déclaré : «Je suis une survivante de la violence sexuelle et je trouve souvent difficile de parler ou d’entendre parler de viol au travail. Mais dans la mesure où je travaille dans un environnement médiatique, c’est un sujet qui est souvent abordé. J’étais souvent mal à l’aise, anxieuse, stressée et parfois furieuse lorsqu’une conversation tourne autour du viol ou de l’acte sexuel.»

Elle a pris quelques jours de congés de maladie en raison de sa santé mentale, mais elle ne s’est jamais sentie capable de dire à son supérieur hiérarchique la raison qui les sous-tendait, pensant et redoutant qu’une telle confidence pourrait être utilisée contre elle.

«Je craignais d’être considérée comme faible et incapable de faire mon travail», a-t-elle déclaré.

“Noël dernier, j’ai confié à la personne qui m’avait embauché que je souffrais d’une maladie mentale. Je n’ai pas trouvé la réponse particulièrement empathique et j’ai estimé que la situation était gérée de manière non professionnelle. Depuis, j’ai le sentiment qu’ils ne m’ont plus jamais considéré de la même manière.”

Selon le dernier sondage de Mind, souffrir de stress au travail est un phénomène de plus en plus courant.

Les milieux de travail favorables

D’un autre point de vue, toutes les conversations sur la santé mentale dans le milieu du travail ne doivent pas nécessairement être perçues d’une façon aussi négative. Adam Becket, 23 ans, a estimé que sa direction avait manifesté beaucoup de soutien et d’initiative en constatant la détérioration de sa santé mentale.

Il a déclaré : “J’avais d’abord peur de parler de ma santé mentale aux gens au travail, de peur d’être jugé ou renvoyé”.

Il luttait contre la détérioration de sa santé mentale depuis des mois avant de s’ouvrir.

Il a ajouté : “Lorsqu’il est devenu évident que je ne pouvais pas rater une matinée chaque semaine avec une excuse vague ou en prétendant que tout allait bien, j’ai senti que je devais le dire à quelqu’un. Et je l’ai fait lorsqu’un collègue m’a demandé ce qui se passait.”

Après cela, la situation est devenue «assez simple» et son supérieur hiérarchique a précisé que chaque fois qu’il avait besoin d’une pause ou que sa santé mentale affectait son travail, il devrait en discuter avec lui.

Pour conclure son témoignage, il a affirmé : «Tous mes collègues m’ont beaucoup soutenu, surtout depuis que j’ai parlé ouvertement de ma dépression et qu’il était évident que je traversait période difficile.»

Au delà de ce qui précède

Les expériences de Becket sont semblables à celles de Bekki Ramsay, qui s’est montrée extrêmement bruyante au sujet de l’approche fructueuse de son milieu de travail face à ses propres problèmes de santé mentale.

Elle a déclaré : “Après des années de mauvaise santé mentale, mon manager de l’époque m’a aidée à faire le premier pas pour y faire face, en appelant le médecin généraliste. Depuis que je m’y suis attaqué, ils m’ont aussi beaucoup soutenu, ce qui m’a permis d’accepter davantage ma santé mentale”.

Les initiatives de sensibilisation et de prévention

Face à cette prise de conscience croissante des problèmes de santé mentale au travail, de nombreuses entreprises ont mis en place des initiatives de sensibilisation et de prévention.

Certaines entreprises organisent des ateliers sur la gestion du stress, l’équilibre travail-vie personnelle et les techniques de relaxation. Ces ateliers permettent aux employés d’acquérir des outils concrets pour faire face aux pressions quotidiennes et favoriser le bien-être mental.

D’autres entreprises ont créé des programmes d’aide aux employés qui offrent un soutien psychologique confidentiel et gratuit. Ces programmes permettent aux employés en difficulté d’avoir accès à une écoute professionnelle et à un accompagnement personnalisé afin qu’ils puissent gérer leurs problèmes émotionnels dans un environnement sûr.

Les solutions pour favoriser une meilleure santé mentale au travail

Les entreprises peuvent mettre en place divers moyens pour favoriser une meilleure santé mentale au travail. Vous devez créer un environnement de travail sain et bienveillant. Cela passe par une communication claire et transparente entre les employeurs et les employés, ainsi que par la promotion d’une culture d’inclusion où chacun se sent écouté et respecté.

Vous devez favoriser un équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Les horaires flexibles, le télétravail occasionnel ou encore l’aménagement des espaces de détente permettent aux employés de trouver un meilleur équilibre entre leurs responsabilités professionnelles et leur bien-être personnel.

La formation des managers est aussi primordiale dans la promotion d’une bonne santé mentale au travail. Ils doivent être sensibilisés aux problématiques liées à la santé mentale afin qu’ils puissent repérer les signaux précurseurs chez leurs collaborateurs et agir en conséquence. Des formations sur la gestion du stress, l’empathie ou encore le leadership positif peuvent aider les managers à mieux accompagner leurs équipes.

Mettre en place des politiques anti-stress peut contribuer grandement à améliorer la santé mentale au sein de l’entreprise. Cela peut passer par une réduction du nombre d’heures supplémentaires imposées, une limitation des e-mails professionnels en dehors des heures de travail ou encore une politique encourageant les pauses régulières pour éviter le burn-out.

Encourager l’activité physique est aussi bénéfique pour la santé mentale des employés. Des salles de sport ou des séances de yoga peuvent être proposées dans l’entreprise, permettant ainsi aux collaborateurs de se détendre et de libérer les tensions accumulées pendant la journée.

Il est indéniable que la santé mentale au travail est un enjeu majeur à prendre en considération. En mettant en place ces différentes solutions, les entreprises peuvent créer un environnement propice à une meilleure santé mentale pour leurs employés. Il s’agit d’un investissement nécessaire qui peut conduire à une augmentation du bien-être et donc à une amélioration globale des performances individuelles et collectives.