Quelles sont les différentes utilisations médicales des rayonnements ionisants ?

4

Le saviez-vous ? Les rayonnements ionisants peuvent être utilisés pour traiter diverses maladies. Les professionnels de la santé recourent à cette solution depuis plus d’un siècle. Vous désirez savoir de manière plus précise les différentes applications de ce type d’énergie dans le secteur médical ? On vous dit tout.

Les rayonnements ionisants : c’est quoi en réalité ?

Pour ceux qui l’ignorent, un rayonnement est une émission d’énergie et/ou un faisceau de particules. Et l’être humain est exposé quotidiennement à plusieurs formes rayonnements. Téléphonie mobile, radio, micro-ondes, etc., tous ces appareils émettent des rayons d’énergies. Toutefois, ils ne sont pas ionisants. En effet, le rayonnement est qualifié d’ionisant lorsqu’il a la possibilité de générer directement ou indirectement des ions (atomes ayant perdu ou gagné un ou plusieurs électrons) pendant son passage à travers la matière. Il peut s’agir d’un rayonnement électromagnétique ou d’un rayonnement corpusculaire.

A lire aussi : Carrie Longton, comme 1,4 million de personnes, ma santé mentale s'est améliorée grâce à la natation

Quelles règles s’appliquent aux installations ?

des rayonnements ionisants Il faut dire qu’en fonction de la dose reçue ou absorbée, les rayonnements ionisants peuvent causer de sérieux dommages à l’organisme. Ils peuvent endommager le fonctionnement des tissus et/ou des organes et produire des effets aigus notamment les rougeurs de la peau, la perte de cheveux, les brûlures radiologiques, le syndrome d’irradiation aigu. Plus la dose et le débit de dose augmentent, plus ces effets deviennent sévères. Raison pour laquelle l’utilisation des rayonnements ionisants est strictement encadrée par la règlementation. De ce fait, tous les équipements médicaux émetteurs de rayonnements ionisants, y compris les sources scellées et non scellées, ont l’obligation de satisfaire à un contrôle qualité en imagerie médicale. Cela garantit en fait la qualité des examens diagnostiques ou des traitements. Les appareils doivent être implantés dans des pièces spécifiquement conçues pour assurer la radioprotection du personnel. Aussi, le code de la santé publique a défini des dispositions spécifiques pour protéger les patients bénéficiant d’examens d’imagerie médicale ou de soins thérapeutiques basés sur les rayonnements ionisants.

Les rayonnements ionisants : pour quels usages médicaux ?

La médecine se sert des rayonnements ionisants pour plusieurs applications, et cela, que ce soit pour le diagnostic et pour la thérapie. On peut citer :

A découvrir également : Alfaliquid et les différents parfums possibles

  • la radiothérapie : c’est un traitement local du cancer. Les rayons sont utilisés pour détruire ou réduire les cellules de la tumeur. Associée à la chirurgie, cette technique s’avère très efficace. Elle a l’avantage de limiter les effets secondaires puisque les cellules cancéreuses à éliminer sont bien ciblées, ce qui préserve un maximum de tissus sains voisins. Près de 40 % des personnes souffrant du cancer ont pu être guéris grâce à la radiothérapie ;
  • la radiodiagnostic : c’est une des plus anciennes applications médicales des rayonnements ionisants. Elle occupe une importante place dans le domaine de l’imagerie médicale et regroupe les techniques comme l’angiographie, la mammographie, la scanographie, la téléradiologie, la radiographie intra-orale, la radiographie panoramique dentaire, la tomographie volumique à faisceau conique…
  • la médecine nucléaire : elle se base sur les radioéléments (isotopes radioactifs) dans l’objectif d’étudier, de diagnostiquer et de traiter des pathologies affectant des organes ou des tissus. Les techniques utilisées par cette spécialité médicale sont entre autres le diagnostic in vivo, le diagnostic in vitro, la radiothérapie interne vectorisée, etc.