Le Bitcoin peut-il mettre fin à la pauvreté dans les pays en développement ?

36

Satoshi Nakamoto, une entité mystérieuse, a lancé le Bitcoin en 2009 comme une alternative à la monnaie fiduciaire. Le Bitcoin est la première crypto-monnaie à succès. Elle s’est développée pour devenir la crypto-monnaie la plus échangée et la plus populaire au niveau mondial. Au départ, les entreprises privées et publiques doutaient des avantages de cette monnaie virtuelle. Cependant, elles l’ont adoptée et y ont investi de manière significative. Apprendre encore plus bitcodes.io

S’agissant d’une monnaie électronique, certains supposent que cette monnaie numérique ne profitera qu’aux membres les plus haut placés de la société. Voici quelques raisons de croire que cette monnaie numérique peut mettre fin à la pauvreté dans les pays en développement.

A découvrir également : Pourquoi le crédit en ligne est-il pratique ?

Une meilleure inclusion financière

Une grande partie de la population des pays en développement n’a pas accès à une éducation de qualité. En outre, de nombreux habitants des pays en développement ont le niveau de vie le plus bas et le taux de chômage est élevé. Par conséquent, les pauvres des pays en développement n’ont pas les mêmes chances que les riches d’accéder aux services financiers. Ces personnes pauvres des pays en développement sont exclues de nombreux services offerts aux personnes instruites et aisées.

Au contraire, cette monnaie virtuelle ne nécessite pas qu’une personne ait des compétences techniques pour l’utiliser. Il suffit de disposer d’un smartphone et d’un accès Internet fiable. La plupart des personnes dans les pays en développement ont l’éducation la plus élémentaire. Ils peuvent donc utiliser efficacement un smartphone et suivre les instructions sur la façon de trader cette monnaie virtuelle. À terme, ils pourront utiliser les bourses de crypto-monnaies pour acheter et vendre des devises électroniques afin de gagner leur vie.

A lire aussi : La comptabilité en ligne : l’essentiel à savoir

Des frais de transaction minimes

La monnaie fiduciaire est centralisée de telle sorte que la banque contrôle ses opérations. Par conséquent, pour qu’une transaction aboutisse, elle passe par de nombreux intermédiaires qui exigent des frais de transaction. Finalement, la banque facturera aux clients des frais de transaction substantiels.

D’un autre côté, le Bitcoin n’a pas d’intermédiaires et utilise la technologie blockchain, ce qui réduit les frais de transaction pour ses utilisateurs. Par conséquent, avec la blockchain, les utilisateurs de cette monnaie virtuelle n’ont pas besoin d’intermédiaires pour contrôler et surveiller leurs transactions. Les transactions en monnaie fiduciaire impliquent des intermédiaires, ce qui se traduit par un temps de transaction important et des frais de transaction. En outre, les transactions effectuées à l’aide de cette monnaie virtuelle sont plus rapides, et les personnes qui n’ont pas de compte bancaire peuvent utiliser cette monnaie électronique facilement, à condition de disposer d’un portefeuille numérique.

En fin de compte, les frais de transaction minimes aideront les pauvres des pays en développement à économiser de l’argent, à investir ailleurs et même à posséder des propriétés sans charges financières.

Flux de capitaux illimités

Les pays en développement appliquent des lois et des réglementations qui limitent les mouvements de capitaux à l’intérieur et à l’extérieur de leurs frontières géographiques. Par conséquent, la plupart des habitants de ces pays en développement souffrent du flux illimité de capitaux.

Au contraire, puisque cette monnaie virtuelle est complètement décentralisée, ces restrictions sur les flux de capitaux ne l’affectent pas. Par conséquent, les gouvernements des pays en développement ne peuvent pas empêcher leurs citoyens d’accéder aux capitaux par le biais de cette monnaie virtuelle. Le gouvernement ou la banque centrale ne peuvent pas influencer l’offre de cette monnaie numérique puisque sa disponibilité repose sur un protocole sous-jacent. Finalement, le gouvernement ne peut pas contrôler l’offre de Bitcoin à son profit.

Les personnes pauvres des pays en développement peuvent profiter des faibles frais de transaction de Bitcoin et acquérir facilement des biens et des services au-delà des frontières. En d’autres termes, cette monnaie virtuelle est essentielle pour mettre fin à la pauvreté dans les pays en développement. Les individus peuvent facilement effectuer des transactions à l’échelle mondiale grâce à cette monnaie virtuelle.

La ligne de fond

D’une manière générale, cette monnaie électronique peut profiter aux pauvres des pays en développement de nombreuses façons. Cette monnaie numérique est un instrument révolutionnaire qui n’en est encore qu’à ses débuts.